Post image for Votre enfant vous coûtera combien?

Votre enfant vous coûtera combien?

Par Philippe Ventura, CFA le 26 septembre 2014

330 000 $.

Lors de la planification de retraite et de la gestion de risque, on se demande souvent quels seraient les besoins financiers s’il y avait décès prématuré dans le couple.

Si un des conjoints décédait, il/elle aurait souhaité apporter un peu de paix d’esprit au conjoint survivant. Il/elle aurait sans doute voulu l’aider à vivre un deuil en le/la libérant d’obligations financières. La perte d’un revenu dans le ménage chambarderait grandement le quotidien. Là où le couple était habitué de vivre à deux salaires, il faudrait aujourd’hui s’arranger avec une seule entrée d’argent. Ça changerait une situation financière brusquement si l’on ne planifiait pas pour ce genre d’événements malheureux.

Alors, dans l’analyse des besoins d’assurance, il faut toujours, en plus des obligations financières immédiates, évaluer les besoins futurs. Quels sont-ils?

L’hypothèque est toujours le premier poste qui vient en tête. En ayant une police d’assurance vie sur chacune des têtes du couple, on s’assure de libérer l’hypothèque. Immédiatement, on élimine le stress financier de paiements mensuels lorsqu’il ne reste plus qu’un salaire.

Mais il y a aussi des obligations futures auxquelles on ne pense pas: élever un enfant. Combien coûte accompagner son enfant jusqu’à la majorité?

Selon une étude américaine, il en coûte 270 000 $ par enfant pour le mener à ses 18 ans. En incluant l’inflation, on parle plutôt de 330 000 $ ! Ces montants n’incluent pas les études post-secondaire.

Disons que vous avez une hypothèque de 250 000 $, aucune dette, aucun actif autre que les REER et 2 enfants de 7 et 9 ans. Quel serait le montant minimum d’assurance nécessaire? Selon moi, il en faudrait 250 000 $ pour l’hypothèque, 13/20 (soit les 13 années à faire sur 20) de 330 000 $ pour l’enfant de 7 ans et 11/20 pour l’enfant de 9 ans, soit 646 000 $. À cela devrait s’ajouter tout montant pour les études post CÉGEP et un « coussin de deuil » pour le survivant qui peut correspondre à environ 1 à 5 ans du salaire du défunt.

Lors d’un décès, on ne veut pas chambarder la vie de l’enfant plus qu’elle ne l’est déjà. On voudra possiblement garder la même maison, les faire participer aux mêmes activités et idéalement les garder sur la même voie d’études qui était établie avant le décès.

Pour assurer cette continuité, pour garder la même qualité de vie, il faut planifier pour cette éventualité. L’assurance temporaire sur la durée de l’éducation des enfants (+/- 20 ans) vous permettra de garder le cap sur les objectifs que vous avez planifiés pour vos enfants.

En passant, à titre de comparaison, en 1960, élever un enfant coûtait 27 530 $, ou 220 000 $ en dollars d’aujourd’hui.

Source FI, 19 août 2014

Suivez-nous sur Twitter: @philippeventura

 

 

Qui pourrait aussi vous intéresser:

  1. 52% des parents canadiens se tournent vers les REEE pour financer les études supérieures de leurs enfants
  2. Six conseils pour sensibiliser les enfants à l’aspect monétaire

Leave a Comment

Previous post:

Next post: